Medersa de Bou Inania

Voici un arrêt vivement conseillé à Fès si vous voulez voir toute la splendeur de l’architecture marocaine d’antan, avec les carrelages typiques et les motifs géométriques superlatifs. La madrasa Bou Inania transporte ses visiteurs dans un monde enchanteur et apaisant. Profitez de votre passage pour découvrir la manière islamique à l’ancienne de scolariser les disciples, tout en apprenant davantage sur le riche passé culturel de l’Athènes de l’Afrique.

Histoire

Fès a longtemps été un centre intellectuel, politique et spirituel du Maroc. Les sultans mérinides y ont fondé de nombreuses madrasas ou universités coraniques qui témoignent du rôle capital de la ville dans le passé.

La madrasa Bou Inania a été créée par le sultan Abou Inan entre 1351 et 1358. Bien que le souverain ait été loin d’être un exemple de piété (il a tué son père, littéralement massacré ses adversaires et eu plus de 300 descendants), le mérite lui revient tout de même d’avoir développé l’une des plus somptueuses madrasas du pays. On raconte que ce sont les chefs religieux de la mosquée de Karaouiyne qui ont recommandé au sultan d’ériger cette école coranique afin d’effacer ses péchés.

La madrasa Bou Inania sort du lot parmi les monuments de la dynastie mérinide. C’est la seule madrasa de Fès qui a été dotée d’un minaret. Elle servait à la fois de centre éducatif et de mosquée. L’école a fonctionné de manière autonome pendant de nombreuses années, avant que l’enseignement supérieur ait été centralisé à l’Université de Karaouiyne.

Le complexe a connu de nombreuses restaurations au cours de son existence, notamment au XVIIe siècle après qu’un séisme ait ravagé la ville de Fès. Le sultan Mulay Sliman durant son règne a fait reconstruire des pans entiers de murs. Au XXe siècle, les décorations de la madrasa ont été à leur tour retapées.

Découvrir la Madrasa Bou Inania

La madrasa Bou Inania se situe à une courte marche de la vibrante place El Hedime, près de la porte de la médina de Fès. Beaucoup disent que c’est la plus élaborée de toutes les constructions mérinides. D’autant plus après sa rénovation, le bâtiment est tout simplement impeccable. La madrasa conserve son usage religieux, mais accepte la visite des non-musulmans en dehors des heures de prière. Vous pouvez accéder au complexe par deux entrées. La première entrée se situe sur la rue Talaa Kebira, parallèlement au mihrab et l’axe central du monument. La seconde se trouve sur la rue Talaa Seghira à l’arrière du domaine.

Une madrasa soignée

Si vous demandez à un touriste ou à un habitant de vous dire quelle partie de la madrasa Bou Inania est la plus belle, il poussera un soupir et se montrera vague dans ses réponses, tellement chaque mètre carré du site paraît avoir été peaufiné dans les moindres détails. Néanmoins, l’élément emblématique de la madrasa reste sa tour de tuiles vertes. Le cèdre sculpté est aussi un régal pour les yeux. Vous comprendrez aisément qu’il a fallu de longues et laborieuses heures de travail pour obtenir les motifs sophistiqués. Dans chaque compartiment de la madrasa, vous trouverez un plafond et des poutres en cèdre magnifiquement sculptés. Le sol en marbre est tout aussi beau. Des stucs faits main ornent les murs, y compris les espaces entre les colonnes. S’ajoutent à tout cela des figures géométriques et de la calligraphie qui font de la madrasa Bou Inania une véritable vitrine des savoir-faire arabes d’antan.

Au dernier étage de la madrasa, les quartiers résidentiels où logeaient autrefois les étudiants en théologie, sont aujourd’hui ouverts à la visite. Depuis les fenêtres des chambres, vous pourrez contempler la somptueuse cour de la madrasa. La fontaine d’ablution est toujours fonctionnelle, directement alimentée par la rivière Fès. L’imam de la madrasa Bou Inania accueille encore des séances de prières ; cette section est généralement interdite aux touristes.

Le casse-tête de l’horloge hydraulique

Juste en face de la madrasa, vous découvrirez un autre joyau de Fès : une horloge hydraulique. Jusqu’à ce jour, les scientifiques et les chercheurs peinent à réparer, en vain, son système très complexe.

La machine a été conçue sur la base des clepsydres de l’Antiquité, des instruments de mesure du temps qui utilisent de l’eau, contrairement aux sabliers qui fonctionnent avec du sable. Les arabes avaient appris cette technique et l’ont perfectionnée. L’horloge de Bou Inania est constituée de treize récipients et treize sortes d’ouverture qui, une fois le dispositif en marche, permettaient d’obtenir l’heure exacte. L’eau termine sa course dans le treizième contenant. Les dimensions des conduits dépendent de la vaporisation et de l’évaporation du liquide. La quantité d’eau utilisée variait en fonction des saisons. Voilà maintenant des lustres que l’horloge s’est arrêtée, mais en le voyant, vous vous sentirez déconnecté du temps, comme si vous faisiez un bond en arrière.

Informations pratiques

Comment s’y rendre

La madrasa Bou Inania se niche dans la vieille ville de Fès, au cœur de la médina. Depuis la Porte bleue de Fès ou Bab Boujloud, vous arrivez au monument en seulement deux minutes de marche en suivant la rue Talaa Kebira.

Horaires et tarifs

La madrasa de Bou Inania est, de manière générale, ouverte à la visite du samedi au jeudi de 9h à 18h, le vendredi étant un jour sacré pour les musulmans. Le complexe n’est pas accessible durant les heures de prière, mais les cultes ne durent pas bien longtemps, donc vous pouvez attendre. Les frais d’admission s’élèvent à 15 Dirhams pour les Marocains et à 20 Dirhams pour les étrangers.

Membre de Nomadays
Le réseau de spécialistes locaux

Bonjour

Je suis Luc de "Hors Circuit". Envoyez-nous votre demande et nous vous répondrons sous 48h.
Appelez-nous au
00 212 (0) 661 09 06 04