Haut Atlas

Situé au cœur de la r égion berbère, le Haut Atlas promet un dépaysement total aux adeptes de nature et aux grands randonneurs. Les curieux pourront faire des promenades magnifiques au cœur des paysages hallucinants. Montagnes, forêts, falaises, abritant quelques villages traditionnels, le Haut Atlas est tout simplement l’une des destinations phares du Maroc.

Abritant le plus haut sommet de tout le Maroc et de l’Afrique du Nord, la chaîne de montagnes s’étend sur environ 750 kilomètres de long et sépare le pays en trois parties bien distinctes : le Maroc atlantique, le Maroc méditerranéen et le Maroc saharien. La Haut Atlas est peuplé par les berbères amazigh qui pratiquent l’agriculture et l’élevage, les piliers économiques de la région.

Parmi ses trois espaces différents (l’occidental, le central et l’oriental), le Haut Atlas Occidental, où se lève le parc national de Toubkal, est le plus ancien. La partie centrale s’étend d’Azilal à Ouarzazate. Elle est surtout constituée de calcaire et de zones tabulaires. Enfin, le Haut Atlas Oriental est connu internationalement pour être un majestueux site archéologique.

Le Haut Atlas aujourd’hui

Ce qui est d’abord frappant dans le Haut Atlas, c’est l’extraordinaire beauté des paysages, puis l’hospitalité et la sympathie des populations dans les villages berbères. Cette région est d’ailleurs le coup de cœur des randonneurs et des adeptes de grands espaces.

Il est possible, soit de réaliser une randonnée de plusieurs semaines avec un guide et cuisinier, soit de faire une petite excursion dans un village berbère et revenir à l’hôtel le jour même. Il faut donc faire attention à la préparation de la randonnée, c'est-à-dire, choisir le programme adapté à vos capacités physiques. Des sommets parfois enneigés ou encore des vallées assez raides sont à escalader, car des réseaux de sentiers battus y sont tracés.

Dans les villages, les voyageurs doivent garder un comportement exemplaire en respectant surtout la nourriture et les coutumes.

Et surtout, il faut se munir du strict nécessaire durant cette randonnée dans le Haut Atlas. Il faut apporter de bons sacs de couchage, car les nuits peuvent être très fraiches. Par ailleurs, les voyageurs doivent toujours payer l’équivalent d’une chambre d’hôtel dans les maisons qui les hébergent.

Faune et Flore du Haut Atlas

Pour ce qui concerne la faune : Les félins sont présents dans ce grand sanctuaire sauvage.Le lynx caracal ainsi que le léopard de Berbérie cohabitent mais dans une zone très limitée.

Les mammifères les plus courants sont surtout nocturnes comme les belettes, les chacals, les renards et les porcs-épics. Nous trouverons les sangliers dans les chênaies et les mouflons ne sont visibles qu’entre 2 000 et 4 000 mètres d’altitude. Les mammifères les plus célèbres ici sont les magots, qui sont de la famille des macaques (endémiques, mais espèces menacées).

Concernant les reptiles, les couleuvres sont présentes jusqu’en haute montagne. On n’y trouve qu’un seul reptile venimeux, l a vipère de lataste, qui fait jusqu’à 40 centimètres de long. Quelques poissons vivent également dans les ruisseaux en altitude.

Les nombreux rapaces : aigle botté, faucon pèlerin… et les autres espèces d’oiseaux qui fréquentent ce lieu feront la joie des ornithologues.

Pour ce qui est de la flore : La végétation se présente de façon étagée entre plaine et montagne. De 850 à 1 200 mètres, l’espace est occupé par des doum s et des palmiers nains qui poussent près des thuyas de barbarie, des caroubiers, des oliviers sauvages ainsi que des pistachiers lentisques.

En moyenne montagne (1 300 à 2 000 mètres d’altitude), l’humidité augmente et le chêne vert et le genévrier rouge dominent.

Sur les hauts plateaux et les hautes vallées, les arbres disparaissent et sont remplacés par des plantes buissonnantes et des genêts pour finir par le leucanthème de l’Atlas, une violette à feuilles épaisses, qui fleurit au sommet du Toubkal.

Quand partir ?

Nous pouvons rencontrer, dans le Haut Atlas, deux types de climats montagnards. L’un, subtropical océanique qui se manifeste sur les versants nord et sud de la partie occidentale et sur le versant nord de la partie centrale. L’autre semi désertique continental domine la pente sud du Haut Atlas central et de toute la partie orientale.

Les espaces possédant le climat subtropical océanique sont surtout exposés aux perturbations venant de l’Atlantique. Avec 600 à 1000 mm d’eau par an en moyenne, ils sont relativement humides avec des précipitations espacées, mais parfois diluviennes. L’été, la sécheresse, entrecoupée d’orages, est intense. Par contre, il faut faire attention à l’enneigement tenace (2 500 à 3 000 mètres) de novembre à avril. Il peut également persister entre les mois de septembre et juin pour les hauts sommets. En général, le Haut Atlas se visite entre avril et septembre.

Si l’on met de côté le climat, partez dans les régions du Haut Atlas mi-aout, vous aurez la chance d’assister au moussem, une fête des fiançailles folkloriques qui se déroule dans le village de Setti Fatma.

Comment s’y rendre ?

Depuis Marrakech, qui est le point de départ de plusieurs excursions vers le Haut Atlas, prenez la route vers Ouarzazate. Après quelques kilomètres, les montagnes du Haut Atlas se dévoilent petit à petit. Il faut arpenter les célèbres routes scéniques avant d’arriver au col de Tizi N’Tichka qui est le plus haut col du territoire marocain, avec 2 260 m d’altitude. Après ce col, les paysages changent soudainement et vous arrivez dans la région du Haut Atlas, le paradis des randonneurs et les amateurs de grands espaces.

Comment parcourir le Haut Atlas ?

L’important est de choisir le parcours adapté à votre condition physique. Une randonnée dans le Haut Atlas peut être rude.

  • Il est possible de commencer notre balade par la vallée de l’Ourika où nous tomberons sur quelques villages berbères, tous dignes d’un petit coup d’œil. Les berbères sont les premiers peuples du pays. Ils vivent uniquement des ressources qui les entourent et construisent leur maison avec les pierres des montagnes ; cela donne parfois des villages avec des couleurs différentes, rouge, noir ou beige.

· Ensuite il faut nous rendre dans le village de Setti Fatma, toujours dans la vallée de l’Ourika. C’est le point de départ pour la balade des 7 cascades. Nous seront sûrement saisis par la beauté des paysages de ces coins.

· Continuons la route en nous enfonçant dans les montagnes où se cachent encore plusieurs villages et d’autres magnifiques panoramas. Nous apercevrons sûrement des troupeaux de chèvres, car les gens des alentours sont tous des éleveurs.

· Quelques kilomètres plus loin se dévoilent les paysages enneigés de la montagne de Toubkal, le plus haut sommet du Haut Atlas, de tout le Maroc et de tout l’Afrique du Nord, avec 4 167 mètres d’altitude. Cette cime se trouve dans le parc national portant le même nom.

· Pour ceux qui veulent pousser la randonnée un peu plus loin, il faut rentrer dans cette somptueuse réserve où vivent plusieurs espèces d’animaux et de végétaux. Le parc national de Toubkal est très connu pour sa biodiversité.

1 photo

Bonjour

Je suis Luc de "Hors Circuit". Envoyez nous votre demande, et nous vous répondrons sous 24H
Appelez-nous au
00 212 (0) 661 09 06 04